Accaparement des terres : un plan pour affamer l'Afrique?

Affamer.jpg
Affamer.jpg

Date: 17 mars 2017

Source: DW

Par Fréjus Quenum

Les acteurs de la société civile engagés dans la défense et la protection des paysans sont formels. Les multinationales soutenues par les Etats et certains acteurs locaux s'enrichissent sur le dos des petits agriculteurs, poussent les jeunes au chômage et détruisent l'environnement. Mais comment assurer la protection des paysans tout en répondant aux besoins alimentaires de masse ?

Comment assurer la protection des paysans tout en répondant aux besoins alimentaires de masse? La question n'est toujours pas complètement tranchée et la guerre entre petits agriculteurs d'une part, et acteurs étatiques et multinationales d'autre part se poursuit. Des grandes superficies de terre continuent d'être raflées pour la production de biens de consommation qui dans la plupart des cas sont destinés à l'exportation. Pourtant au niveau local, des familles dépossédées de leurs terres meurent de faim et de plus en plus de jeunes désoeuvrés n'ont autre choix que la migration ou l'exode vers les milieux urbains. 

Une source potentielle de troubles

L'accaparement des terres et l'insécurité qu'il crée constitue et risque de constituer durablement, si rien n'est fait, une cause de migrations de grande empleur. C'est pourquoi des rencontres bilatérales et internationales s'organisent régulièrement pour réfléchir à ce phénomène. Exemple : le congrès « Global Peasants’ Rights » qui s'est tenu vers mi mars 2017 à Schwäbisch Hall à l'invitation de la Fondation allemande "Haus der Bauern".