À propos du portail sur la terre

L’ International Land Coalition (ILC) et Landtenure.info sont à l’origine du portail sur la terre, une plateforme facile d’accès et d’utilisation dont le but est de partager des informations sur la terre, suivre les tendances et déceler les lacunes en matière d’information, afin de promouvoir une gouvernance des terres efficace et durable. Ce partenariat est ouvert aux autres organisations liées à la terre souhaitant s’engager activement au développement du portail sur la terre.

But et objectifs

Internet regorge d’informations sur la terre. Ces informations n’en restent pas moins très fragmentées et souvent difficiles à localiser. Un point d’accès est donc nécessaire pour mettre en relation les personnes en quête d’informations fiables et actualisées sur la terre et celles qui en proposent.

À long terme, l’objectif du portai sur la terre est de devenir le point de référence sur internet pour toutes les informations sur la terre.

En premier lieu, le portail sur la terre servira à regrouper les sources d’informations existantes sur internet ainsi qu’à faciliter la diffusion d’informations qui ne sont pas encore en ligne. Les coordinateurs du portail joueront ainsi un rôle de rédacteurs en chef pour présenter les informations de façon plus digeste, grâce à des balisages et regroupements par pays ou par sujet, des résumés et synthèses.

Ce portail sera conçu en collaboration avec les organisations sources d’informations et la communauté d’utilisateurs du portail. Il s’agira d’un espace ouvert de partage d’informations dans lequel, selon les critères établis par les partenaires, chacun pourra consulter, ajouter ou mettre à jour des informations. En ce sens, le portail espère être un lieu de discussions autour du thème de la terre afin que l’information à ce sujet s’améliore.

Développement du partenariat et du portail

Notre partenariat souhaite regrouper l’ensemble des sources d’informations sur la terre. Pour autant, nous savons que les petits ruisseaux font les grandes rivières et que ce projet doit d’abord être relativement petit pour ensuite devenir un portail intéressant et fonctionnel. C’est pourquoi le portail sera construit selon une approche progressive : l’objectif à court terme est de dresser l’inventaire des informations existantes entre les différents partenaires et de rendre ces informations accessibles de façon cohérente au travers du portail sur la terre. La seconde étape consistera à combler les lacunes et élargir le partenariat.

L’un des principaux éléments de mesure du développement du portail sera le recours aux statistiques Web. Les statistiques sur les préférences des utilisateurs ou les types de participation permettront d’identifier les contenus et fonctions préférés, mais aussi de détecter les forces et faiblesses de la plateforme. Les partenaires se serviront de ces données pour déterminer dans quels domaines spécifiques investir du temps et de l’argent, pour les années à venir.

Public cible

La structure du portail visera à répondre à différentes attentes et possibilités. En règle générale, le portail répondra aux besoins d’un public d’experts d’organisations de la société civile, de mouvements sociaux, d’institutions gouvernementales, d’universités / d’organismes de recherche et des médias.

Le portail répondra dans un premier temps aux besoins des organisations participantes, et dans un second temps aux attentes des autres publics :

  • Les fonctionnaires gouvernementaux travaillant au sein d’institutions locales et nationales en rapport avec le thème de la terre et des ressources naturelles.
  • Les représentants d’organisations de la société civile (ONG, OSC, organisations religieuses) traitant des problématiques liées à la terre, aux sexes et au développement rural. Tous sont susceptibles de rechercher des données, législations, politiques, organisations ou experts sur le secteur foncier.
  • Le personnel d’organisations internationales multilatérales en rapport avec le thème de la terre et des ressources naturelles mais aussi les problématiques liées à la pauvreté, la sécurité alimentaire et l’inégalité des sexes.
  • Les experts indépendants en développement et les professionnels de la terre (avocats, géomètres, experts fiscaux…).
    Les journalistes et experts des médias à la recherche de données fiables et actuelles sur la terre.
  • Les ouvriers agricoles et planificateurs du développement / consultants ayant besoin d’informations fiables.
  • Les universitaires et chercheurs en quête de fichiers fiables, de publications et études sur la terre.
  • Les responsables politiques travaillant sur le terrain, à l’échelle régionale, nationale ou internationale, sur le thème de la terre.
  • Les particuliers ou groupes d’étudiants indépendants impliqués dans les institutions sur les ressources naturelles.