Expropriation à Diamniadio: "Senegindia" se sucre à la place de ses clients

16 juin 2017
8717987-13769357.jpg
8717987-13769357.jpg
Language of the news reported
Français

Date: 14 juin 2017

Source: Leral.net

Par: L'As

Djibrirou Ba et Ibrahima Diattara, deux Sénégalais établis en Suisse, déplorent les agissements de la société immobilière Senegindia Sarl par l'intermédiaire de laquelle ils ont acquis des parcelles à Diamniadio. Des terrains qui ont été expropriés par l'Etat en 2014. Les deux émigrés entament alors deux années de procédures pour recouvrer leur argent encaissé par Senegindia. Estimant avoir subi un préjudice dans cette affaire, ils réclament un dédommagement de la part de l'entreprise immobilière.

Les litiges fonciers sont récurrents dans le secteur tant convoité de Diamniadio. En effet, les sieurs Djibrirou Ba et Ibrahima Diattara, deux Sénégalais établis en Suisse, en ont fait la désagréable expérience. 

Les deux amis ont acquis 3 parcelles à Diamniadio par l'intermédiaire de la société immobilière Senegindia. L'entreprise leur avait vendu en 2013, un terrain de 150m2 d'une valeur 3. 790.000 Fcfa pour Djibrirou Ba. Tandis que Ibrahima Diattara a acquis deux parcelles jumelées de 150m2 à 7 millions Fcfa, d'après une lettre conjointe des deux parties adressée au patron de Senegindia Sarl. 

Il ressort du document dont "L'As" détient copie, que les deux émigrés ont acheté ces terrains en 2013 chez un notaire et détiennent par conséquent, des papiers en bonne et due forme. 

Par décret 2014-968 d’août 2014, ils ont été expropriés de leurs terrains par l'Etat. Sur ce, la société Senegindia leur a alors proposé de les dédommager en leur attribuant des terrains sur le site de Sn City Ndiakhirate (Rufisque). 

Djibrirou Ba et Ibrahima Diattara dénoncent les agissements de la société Senegindia Sarl, car ils veulent l'attribution de parcelles de même superficie sur ce nouveau site, sans supplément. Mais en guise de compensation, Senegindia Sarl leur propose alors des parcelles de petite taille et beaucoup plus chères. 

Quand ils ont voulu acquérir des parcelles à l'entrée du site de Ndiakhirate, la société Senegindia leur a fait comprendre que les terrains coûtent 12 millions Fcfa. Et le terrain le plus abordable sur le site s'élève à 6 millions Fcfa. 

Par conséquent, la société leur a demandé de payer la différence entre la valeur de leurs terrains à Diamniadio et celle des terrains sur le nouveau site. Pis, précisent-ils, l'acquisition des parcelles se faisait par l'intermédiaire d'un versement de mensualités. Et tout retard dans le paiement de ces terrains expose les acquéreurs à des pénalités qui peuvent s'élever à 10%. 

Face à cette situation, les deux "Helvètes" décident d’arrêter la procédure. Ils exigent alors le remboursement de leur capital en 2016. Mais la société refuse d'obtempérer. Et c'est seulement sous la menace d'une action en justice qu'elle finit par s'exécuter la semaine dernière. 

Toutefois, ajoutent-ils, la société Senegindia leur a demandé de renoncer à tous leurs droits sur ces terrains qui, depuis lors, ont pris de la valeur. "Par conséquent, Djibrirou Ba et Ibrahima Diattara s'engagent à restituer à Senegindia Sarl toute compensation de quelque que nature que ce soit effectuée par l'Etat du Sénégal à son profit, sur le projet Sd City dont le contrat a été annulé", d'après le document. 

Très amers, Djibrirou Ba et Ibrahima Diattara disent avoir été lésés par la société immobilière qui leur a vendu des terrains qui ont été finalement expropriés par l'Etat sans contrepartie. Dans cette optique, ils affirment avoir subi un lourd préjudice depuis 4 ans et réclament une compensation financière. Car, indiquent-ils, si ce capital avait été investi dans d'autres domaines, cela aurait rapporté une bonne plus value.

Pour recueillir sa version, "L'As" a joint la société Senegindia qui exige qu'on lui dise qui nous a donné son numéro. Devant notre refus, notre interlocutrice a raccroché.